Définir un budget moyen pour l’installation d’une véranda de 20 m²

Pour apporter une touche de modernité et d’élégance à votre maison, la véranda est l’extension idéale. À la fois décorative, pratique, et design, la véranda est l’extension la plus prisée de tout le monde. Toutefois, le coût d’installation d’une véranda n’est pas donné. Si vous souhaitez connaitre les dépenses à prévoir pour une véranda de 20 m², découvrez ici les points importants pour définir un budget moyen.

Le prix approximatif à prévoir

La taille est le critère majeur qui peut considérablement optimiser le coût d’une véranda. Ainsi, commencer par connaitre le prix au m² est nécessaire. Une véranda de 20 m² fait partie des grandes vérandas. Si vous avez un grand espace, cette superficie de véranda est tout à fait idéale. Ainsi, comme il s’agit d’un assez grand espace, la véranda de 20 m² va donc entrainer des dépenses assez conséquentes.

En effet, une telle taille de véranda nécessitera un budget moyen entre 15 000 à 20 000 €. Ce budget peut varier selon les matériaux utilisés, les réalisations que vous souhaitez faire, mais aussi les préparations à faire sur le terrain. De plus, il faut comprendre qu’à partir de 20 m², une demande de permis de construire auprès de la mairie sera nécessaire. Si la véranda ne dépasse pas les 20 m², une déclaration de travaux est suffisante.

Le prix varie selon le matériau utilisé

Le prix de votre véranda va dépendre grandement des matériaux que vous choisirez. En effet, chaque matériau possède ses propres caractéristiques, ses avantages et inconvénients. Si vous souhaitez installer une véranda pratique, simple et peu coûteux, le PVC est à considérer. Il varie entre 300 à 1200 € le m², mais reste idéal pour les vérandas de petites dimensions. Donc, pour une véranda de 20 m², le PVC n’est pas envisageable.

Les matériaux adaptés pour une véranda de grande dimension à partir de 20 m² sont le l’aluminium, le bois et le fer forgé. Pour une extension empreinte de noblesse et d’élégance, la véranda en bois est certainement la plus idéale. Le bois est à la fois solide, isolant et esthétique et parfait pour les grandes superficies. Pour une structure résistante et robuste, il est préférable d’opter pour des matériaux de qualité tels que le bois et le fer forgé. Le prix du m² pour ces deux matériaux varie entre 1000 et 3000 €.

Le prix dépend de l’ampleur des travaux à réaliser

En plus des matériaux, le budget moyen pour une véranda de 20 m² peut également varier selon l’ampleur des travaux. Tout d’abord, le terrain peut nécessiter certaines préparations particulières. Il est également possible qu’un terrassement ou un épierrage soit nécessaire. Ainsi, pour ne pas se tromper, il est important de déterminer à l’avance le coût de ces préparatifs dès le début même du projet de véranda.

Ensuite, le budget dépendra également des aménagements supplémentaires comme le vitrage, l’isolation ou encore le chauffage. Vous pouvez installer une baie vitrée pour laisser circuler la lumière du jour, un salon extérieur ou même une cuisine moderne bien équipée sur votre véranda. En effet, comme vous disposez d’une grande superficie, certains éléments comme le chauffage ou l’isolation peuvent être utiles pour une installation moderne et confortable.

veranda maison

L’ajout d’une véranda pour agrandir sa maison

Une véranda agrandit une maison de façon harmonieuse. C’est une extension naturelle de votre intérieur qui offre un nouveau salon.

Ajoutez de l’espace à votre maison avec une véranda

Et pourquoi pas une cuisine plus lumineuse ! Depuis longtemps, la véranda est la solution idéale pour agrandir une cuisine. Cependant, elle a trouvé une nouvelle jeunesse avec la tendance des cuisines ouvertes. Désormais, l’espace cuisine, la salle à manger et le salon peuvent tous en profiter. Elle ajoutera à la fois des mètres carrés à votre maison et la rendra plus lumineuse. Sur Miamar Constructions vous pouvez voir plus d’inspirations sur l’agrandissement de votre maison.

Et si nous osions ouvrir notre chambre sur le jardin ? La question de l’intimité se pose comme un obstacle, mais la vue sur la nature est à couper le souffle. Elle apporte calme et sérénité et aujourd’hui, plusieurs systèmes sont suffisamment efficaces pour assurer une obscurité totale lorsque nous ne voulons pas profiter de la lumière. La porte d’entrée du jardin peut être un endroit agréable pour prendre son petit déjeuner en toute tranquillité, un luxe pendant les journées ensoleillées.

Le télétravail est de plus en plus courant et il est très simple de trouver de la place pour un bureau grâce à l’installation d’une véranda. La lumière est un véritable plus pour les personnes qui travaillent à domicile.

Comme une terrasse, une véranda peut ajouter un précieux espace de vie extérieur à votre maison. Parce que c’est une structure couverte, elle peut même offrir une utilisation plus grande qu’une terrasse ou un porche sans toit. Cependant, vous pouvez rendre votre véranda encore plus précieuse en enfermant la structure pour offrir une protection contre les éléments ou augmenter sa confidentialité. Vous pouvez choisir parmi plusieurs options lorsqu’il s’agit de clôturer votre véranda, afin de trouver un style qui correspond à vos besoins et vous permet de tirer le meilleur parti de l’espace

Les avantages d’avoir une véranda

1 . Bien-être

La lumière est importante pour la santé. Elle régule l’humeur, a des effets positifs sur le moral et aide surtout à lutter contre la dépression saisonnière qui frappe en hiver. De plus, elle agit positivement sur la croissance, la concentration, le stress et le sommeil.

2. Pendant les saisons froides et tempérées

Le soleil chauffe la façade de la véranda orientée vers le sud et réchauffe toute la maison. Prenez soin de laisser les portes ouvertes pour faire circuler la chaleur dans toute la maison.

3. Pendant l’été

Cette utilisation bio thermique de votre véranda se poursuit pendant la saison chaude. Vous devez installer des protections solaires car elles évitent la serre pendant la journée. Les fenêtres ordinaires et de toit ainsi que les systèmes coulissants favorisent le refroidissement naturel et évitent une augmentation des coûts énergétiques.

 

 

construction maison

Construire une maison avec moins de 500 € par mois

Faire construire sa propre maison constitue un projet important. Une telle opération nécessite généralement une somme élevée. Mais ceux qui ne disposent pas encore du montant suffisant peuvent également envisager un prêt. En fait, les individus qui n’ont pas un revenu élevé peuvent même obtenir un financement avec une échéance de moins de 500 € par mois.

Quel crédit pour financer la construction de sa maison

La construction d’une maison constitue nécessite le déblocage d’une somme élevée. De ce fait, si vous souhaitez financer ce genre d’opération, vous devrez vous tourner vers le crédit immobilier. Ce dernier vous permettra d’obtenir un montant de plus de 75 000 €. Avec ce type d’emprunt, le remboursement se fait généralement sur le long terme. Notez que pour pouvoir décrocher ce genre de trésorerie, vous devrez offrir un apport personnel.

Pourquoi opter pour une échéance de moins de 500 € ?

La construction d’une maison implique d’importantes dépenses. Une somme qui n’est pas toujours à la portée de tout le monde est en jeu. Si vous avez besoin de financement pour concrétiser un tel projet, vous pourrez demander un crédit immobilier. Grâce à cette formule, même ceux qui ne disposent pas d’un revenu élevé peuvent bâtir leur habitation. Il vous est notamment possible de décrocher un crédit avec une échéance de moins de 500 €.

Sachez que les personnes qui recherchent ce type de crédit perçoivent généralement un revenu moins de 5 000 €. En fait, même ceux qui ont un salaire d’environ 3 500 € ont la possibilité d’obtenir ce type de prêt. Cependant, ce type de crédit vous servira également si vous recevez une paye confortable, mais que votre taux d’endettement est trop élevé.

La limite du budget à débloquer avec une échéance de moins de 500 €

Avant de faire construire une maison, il est important de calculer le budget nécessaire. Sachez que le coût de ce type de projet va se baser sur de nombreux facteurs. Il s’agit, par exemple, de la taille du bâtiment, de la complexité de l’architecture ainsi que les finitions. Une fois que vous connaîtrez le montant suffisant, vous allez ensuite faire une simulation. Cette dernière servira principalement ici à découvrir la limite de trésorerie que vous pourrez obtenir avec une échéance de moins de 500 €.

Avec une échéance de moins de 500 €, vous pourrez acquérir jusqu’à 100 000 € avec un délai de remboursement se situant entre 15 et 20 ans. Toutefois, si la durée de restitution du prêt est plus large, vous pourrez débloquer un budget plus élevé.

toiture en bois

Les types de toiture en bois

Avec l’intérêt croissant pour les maisons écologiques, les toitures en bois ont la cote. Elles sont non seulement écologiques, mais présentent également un style typique. Les propriétaires sont parfois indécis devant le choix de la qualité de sa toiture. Voici les trois principaux types de toiture en bois afin d’avoir une idée plus claire. Apprenez tout sur eux dans cet article.

Les toitures en bardeaux

Les toitures en bardeaux de bois sont des structures couvrantes où on retrouve des tuiles de bois ou tavaillons. Elles sont de fabrication semi-industrielle. On a le choix de la découpe et de la taille des tuiles selon le style recherché. Ce type de production permet un large éventail de choix par rapport à son design préféré. Elles existent également sous de multiples essences. Sur https://www.stmconstruct.be/ vous pouvez voir des exemples de constructions de toitures en bois réalisées par des professionnels.

Ce type de toiture est plus maniable et remplit bien les critères de confort d’une toiture en bois. Les toitures en bardeaux sont efficaces dans les régions à fortes intempéries. Il résiste parfaitement à l’eau et au vent. Il est aussi spécialement traité contre les insectes et les termites qui risquent de dégrader la construction. De plus, il est assez solide pour supporter le poids de plusieurs personnes lors d’un éventuel entretien.

Les toitures en bois massif

La toiture en bois massif est formée par plusieurs lames de bois naturel collées de manière parallèle. Ce type de toiture offre un plus côté esthétique. Elle a un coût plus élevé par rapport aux autres types, mais présente un réel atout au niveau du confort. C’est un très bon isolant à la fois thermique et acoustique. Il existe un large choix des matériaux selon les préférences. Toutefois, ceux-ci requièrent une conformité aux règles de l’urbanisme selon le lieu de la construction.

Un des principaux caractères du bois naturels est sa solidité. Il ne demande quasiment pas d’entretien. De plus, sa durée de vie peut aller jusqu’à 120 ans. On peut citer le chêne qui a une forte densité, le châtaigner qui s’adapte aux flexions dont le parfum éloigne naturellement certains insectes, plus particulièrement les araignées. Cette dernière est la toiture en bois idéale pour la grange.

Les toitures en bois composite

Les toitures en bois de composite sont une alternative économique. Elles sont en effet de fabrication industrielle à base de résines et de fibres de bois trempé. Mais également de quelques matières plastiques et d’additifs pour une meilleure résistance. Elles sont plus légères par rapport aux toitures en bois naturel, de plus elles résistent aux flexions.

Toutefois, elles sont jugées moins esthétiques et présentent un trait plus lisse. Par contre, on peut commander différentes couleurs selon le goût. En outre, on a le choix entre les panneaux sandwichs, les plaques en fibrociment et les tuiles composites recyclées. Quant à l’isolation, les toitures en bois de composite sont aussi satisfaisantes sur le plan thermique et phonique.

Installation pompe à chaleur : budget à prévoir

La pompe à chaleur contribue considérablement à l’amélioration du confort thermique d’un logement. A confier à un artisan professionnel, le coût de son installation dépend de quelques critères. Des critères qu’on va connaître par la suite. Cela dépend également de l’artisan. Zoom sur ces coûts d’installation.

Utilité d’une pompe à chaleur

La pompe à eau produit de la chaleur et la diffuse dans toute l’habitation. Pour ce faire, cet appareil utilise l’air ou puise dans le sol afin de le transformer en énergie utilisable. En effet, il existe deux modèles identiques, mais qui diffèrent seulement par ce système d’exploitation de l’air ou de l’énergie du sol.

De ce fait, la pompe à chaleur est munie de deux types d’installations : l’installation extérieure et l’installation intérieure. Pour faire un devis pompe à chaleur, il y a quelques points à tenir en compte. Notamment de l’impact de l’installation sur le voisinage, car c’est un appareil assez bruyant. De même, il faut bien choisir le support et l’emplacement afin de tirer les meilleurs profits de la pompe.

Prix moyen de l’installation

Donner un chiffre exact est impossible. En effet, le prix de l’installation d’une pompe à chaleur varie selon l’artisan installateur. De plus, le type de pompe y est également pour quelque chose. Ceci dit, l’installation d’une pompe à chaleur géothermique coûte un peu plus cher, car c’est un peu plus technique.

Par ailleurs, pour avoir un coût intéressant, il est conseillé de choisir un artisan qui se trouve à proximité du logement. Cela réduit le frais de transport et tous les autres coûts relatifs au déplacement. En outre, les éventuelles difficultés rencontrées sur le terrain peuvent jouer sur le prix. Notamment l’accès à l’emplacement de l’appareil.

En général, l’installation d’une pompe à chaleur géothermique coûte 5 000 à 6 000 euros de main d’œuvre dont à peu près 18 000 pour toute l’installation. Pour le modèle à air, l’installation peut coûter dans les 8 000 euros avec 4 000 euros de main d’œuvre. Ce n’est qu’une moyenne, mais il ne faut pas hésiter de demander un devis bien détaillé. Il est également conseillé de comparer plusieurs devis avant de se décider.

Importance de faire appel à un professionnel

L’installation d’une pompe à chaleur peut se faire soi-même d’autant plus qu’il y a des modèles pratiques. Cependant, en faisant de la sorte, on peut manquer certains points et l’appareil n’est pas exploité pleinement. Ceci dit, il y a des paramètres importants à respecter lors de l’installation. Notamment de l’environnement, du climat, de l’orientation, etc. L’artisan saura indiquer et conseiller sur l’utilisation de la pompe.

En outre, il existe certaines aides qu’on peut obtenir à condition de passer par un professionnel. C’est une sorte de garantie que la pompe a été manipulée correctement. Il en est de même pour les éventuels entretiens et nettoyage bien que rare. En effet, l’un des points forts d’une pompe à chaleur, c’est qu’elle ne nécessite pas beaucoup d’entretien. De plus, étant installé dans les meilleures conditions, les risques d’altération sont minimes.

maison contemporaine

Tout ce qu’il faut savoir avant de construire une maison contemporaine

La construction d’une maison est une étape importante qu’il ne faut pas prendre à la légère. Cette initiative contribue en premier lieu à la constitution d’un bien patrimoniale. Ensuite, elle vous permet de vivre dans un foyer confort et adapté à vos besoins. Toutefois, il existe plusieurs types de construction que vous devez choisir avant d’entreprendre vos travaux. Si vous optez pour un modèle au goût du jour, voici quelques conseils pratiques à savoir.

Les différentes raisons de choisir une maison contemporaine

Dans les travaux de construction, il y a la conception de plusieurs types de maison : maison traditionnelle, maison bois, maison écologique ou encore maison contemporaine. Cette dernière figure parmi les prestations proposées par le bureau d’étude hvac. En matière de construction, elle se distingue par ses lignes épurées et modernes, ses volumes multiples ainsi que ses formes géométriques.
Comme son nom l’indique, une maison contemporaine ou moderne vous met dans l’air du temps et vous fait profiter les meilleurs matériaux, techniques et procédés au moment de sa construction. Elle dispose d’une architecture originale et à la page, en bénéficiant d’un design très en vogue à l’heure actuelle. D’un point de vue général, lorsqu’on pense architecte, la première chose qu’on imagine est une maison contemporaine. Avec ses lignes modernes et épurées, cette architecture audacieuse et créative, elle continue de séduire plus d’un.

Les étapes à suivre pour construire une maison contemporaine

Avant de construire votre maison contemporaine, vous devez bien choisir son emplacement. Ce dernier est très essentiel pour définir son esthétisme, son utilisation de l’espace ainsi que le confort qu’il va vous fournir. Pour une construction de maison moderne réussie en toute sérénité, vous devez également confier votre projet à un professionnel en architecture contemporaine.
Ensuite, faites une demande de devis afin d’évaluer le budget à préparer concernant le coût des travaux. Cette démarche est souvent gratuite et vous pouvez effectuer plusieurs demandes auprès de nombreux prestataires. Après la réception des devis de construction de maison contemporaine, vous pouvez comparer et choisir l’offre la plus adaptée à vos besoins et vos budgets. Enfin, après avoir sélectionné le bon prestataire, vous pouvez démarrer votre projet grâce aux conseils et conception réalisés par votre architecte.

Les points forts d’une maison contemporaine

Grâce à ses lignes géométriques exceptionnelles, la maison contemporaine détient sa propre caractéristique qui est à la fois design et au goût du jour. Par exemple, son toit plat lui procure une forme cubique. Et d’habitude, ce type d’habitation profite d’un assemblage de volumes très intéressant. On y trouve, par exemple, de grands volumes ouverts et des espaces minimalistes. Une maison contemporaine se démarque aussi de par son ouverture sur l’extérieur.
L’utilisation de grandes baies vitrées est très fréquente et celle-ci ne fait qu’accentuer son charme. Ces larges surfaces vitrées apportent à l’intérieur de la maison de lumière naturelle et renforcent le lien entre extérieur et intérieur. D’ailleurs, elles procurent une véritable sensation de grandeur. Ce qui est important dans la conception d’une maison contemporaine, c’est surtout son intégration dans l’environnement. En effet, grâce à son style architectural, elle répond parfaitement aux normes environnementales.

terrassement d’un terrain

Le terrassement d’un terrain, une phase essentielle

Le terrassement d’un terrain est une étape essentielle avant une construction. Il s’agit de la préparation du terrain sur tous les niveaux. Cette phase consiste à déplacer différents matériaux se trouvant sur le sol : roches, argiles, sable, terre, ou cailloux. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Pourquoi préparer le terrain ?

Le principal objectif du terrassement est de rendre le terrain complètement plat pour pouvoir y construire facilement. On modifie donc son aspect initial. On enlève aussi les racines ou les végétations qui peuvent gêner. Que ce soit de légères pentes, des bosses ou des trous, toutes ces imperfections seront corrigées. Le but est donc d’affranchir le terrain de tous ses défauts. Sachez qu’un terrain mal préparé, mal terrassé risque de rendre les structures plus fragiles. On peut effectuer cette opération sur toute la surface du terrain ou sur une partielle seulement. C’est une étape qui permet de diagnostiquer l’état de la surface également. Si le terrain est trop mou ou trop fragile pour supporter une construction, il faut procéder à la compaction par pressage ou par adjonction de graviers ou de blocs de pierre.

Les étapes du terrassement

La préparation du terrain se divise en plusieurs étapes distinctes aussi essentielles les unes que les autres. On commence alors par le piquetage du terrain. Cette étape consiste à délimiter le terrain afin de définir si le projet correspond au sol. Vous pouvez ainsi clôturer votre terrain. Durant cette étape, on identifie également les canalisations pour éviter de les endommager. Ce bornage permet aussi de limiter les éventuelles gênes que pourrait causer la construction par rapport au voisinage. Ensuite, on procède à l’adaptation du projet au système d’évacuation des eaux. Elle consiste à garder une bonne stabilité du terrain même pendant les saisons pluvieuses. Pour ce faire, il faut creuser pour poser les canalisations, les drains et les regards. La prochaine étape est le décaissement. Elle peut aussi être appelée décapage de la terre. Le but est d’enlever la couche superficielle de la terre pour assurer la stabilité de la future construction. On pose ensuite le film géotextile pour séparer la terre de la couche de remblai. Mais ce film permet également de protéger la construction contre les mauvaises herbes. La dernière étape est le remblaiement. Il consiste à mélanger la terre avec des gravats ou d’autres couches de matériaux naturels pour assurer la stabilité du sol.

Faire son terrassement soi-même ou appeler un professionnel

La principale question qui se pose quand on procède au terrassement de son terrain est si on peut le réaliser soi-même ou si on doit faire appel à un professionnel. En fait pour limiter les coûts de construction, beaucoup ont déjà décidé de faire leur terrassement eux-mêmes. Mais il faut savoir que le terrassement est une étape très importante qui conditionnera la qualité de vos constructions futures. D’ailleurs, il fait partie de ces projets dits de gros œuvres et nécessite donc une bonne compétence. Pour ceux qui manquent donc de connaissance en la matière, il est plus judicieux de faire appel à un professionnel. Ainsi, vous serez assuré d’avoir des travaux et un résultat de qualité qui stabilisera votre sol et assurera la solidité de vos constructions.

obtenir un permis de construire

Les formalités pour obtenir un permis de construire

Vous voulez devenir propriétaire et vous vous êtes alors acheté un terrain ? Avant d’entamer une quelconque construction, sachez que l’obtention d’un permis de construire est primordiale pour pouvoir construire en toute légalité. Vous ne savez pas comment procéder pour obtenir votre permis de construire ? Ne vous inquiétez pas, on vous détaille toutes les démarches et formalités.

Quand est-ce qu’un permis de construire est nécessaire ?

Le permis de construire est un document administratif délivré par la mairie. Il permet de vérifier si le projet est conforme aux dispositions législatives et règlementaires en matière d’urbanisme. La demande de construction est obligatoire pour toute nouvelle construction sur une surface de plus de 40 m². Si elle est inférieure à ce nombre, une simple déclaration au préalable devra suffire. La demande doit se faire à l’initiative du propriétaire. Mais si vous faites appel à une société pour vos travaux, celle-ci peut s’occuper de ces formalités pour vous. Dans les communes possédant un plan d’occupation des sols (POS) ou un plan local d’urbanisme (PLU), la demande est instruite par les services communaux, ou par l’établissement public de coopération internationale (EPCI) ou par la direction départementale des territoires. Si, par contre, la commune ne dispose pas de POS ni de PLU, elle sera directement posée à la mairie.

Les formulaires Cerfa

Le dossier de permis de construire est constitué d’un formulaire Cerfa et des documents d’information sur le projet de construction. Le formulaire cerfa doit être dûment rempli de l’ensemble des informations correspondant au demandeur et au projet. Il existe 2 types de formulaires selon le genre de travaux à effectuer :

  • Le formulaire cerfa N°13406 : on l’utilise lorsqu’il s’agit de construction d’une maison individuelle et /ou ses annexes (agrandissement ou aménagement).
  • Le formulaire cerfa N°13409 : on l’utilise lorsqu’il s’agit d’autres constructions comme un terrain de camping, lotissement, aire de stationnement, parc d’attractions, terrain de sports ou de loisirs, logement collectif, exploitation agricole, établissement recevant du public.

En fait, il n’est pas obligatoire d’utiliser ces formulaires. Cependant, ils permettent d’établir une liste complète de l’ensemble des informations et des pièces à fournir pour la constitution du dossier.

Les documents à fournir

Votre dossier de demande de permis doit contenir les documents suivants :

  • Un plan de situation du terrain : permets de connaître la situation du terrain ; indique l’échelle et la direction du Nord.
  • Un plan de masse de la construction à modifier ou à édifier : présente le projet dans tous ses détails ; indique l’échelle, la direction du Nord et les hauteurs.
  • Un plan en coupe du terrain ou de la construction : indique le volume extérieur des constructions
  • Une notice décrivant le terrain et présentant le projet : présente le type de projet (terrain, matériaux, couleurs)
  • Un plan des façades et des toitures : indique l’aspect extérieur de la construction
  • Un document graphique permettant d’apprécier l’insertion du projet dans son environnement
  • Une photo permettant de situer le terrain dans l’environnement proche : indique à travers une photo les constructions aux alentours
  • Une photo permettant de situer le terrain dans l’environnement lointain : photo montrant les rues, les paysages et l’environnement aux alentours.
bien choisir sa peinture murale

Conseils pour bien choisir sa peinture murale

Une envie de donner un coup de frais à la pièce ? La peinture murale est une solution à la fois simple et efficace. En effet, il est conseillé de repeindre une pièce tous les 5 ou 7 ans. Mais cela dépend bien sûr de vos envies de changement. Bref, il existe un large choix de peinture qui pourrait embellir votre intérieur. Des plus simples et abordables aux plus luxueux et haut de gamme, à vous de choisir.

Quel type de peinture choisir ?

En général, il existe deux types de peinture : la peinture à l’eau et la peinture à l’huile. Ce dernier est de moins en moins utilisé ces temps-ci, car elles sont toxiques à cause de leur forte teneur en solvant. Elles dégagent aussi une forte odeur pendant un certain bout de temps. Les peintures à l’huile (glycero, polyuréthane et époxy) se diluent et se nettoient avec un solvant type white spirit. Leur avantage est qu’elles sont particulièrement résistantes et donnent un joli aspect aux murs de la pièce. Elles sont souvent utilisées dans les pièces plutôt humides. Pour les peintures à l’eau, elles se divisent également en deux groupes : les peintures acryliques, et les peintures alkydes. Les peintures acryliques sont les plus utilisées aujourd’hui. D’ailleurs, elles remplacent peu à peu les glycérophtaliques. Elles ont l’avantage de ne produire aucune odeur et d’être moins polluantes. Quant aux peintures alkydes, elles contiennent de la résine et sont donc beaucoup plus résistantes que les peintures acryliques. De plus, l’alkyde sèche plus rapidement.

Quel type de finition choisir ?

Le choix de la finition de votre peinture joue un rôle crucial dans l’aspect final de votre pièce. C’est plutôt une question d’esthétique. Il existe 3 grands types de finition : la finition mate, la finition satinée ainsi que la finition brillante. Les avantages de la finition mate sont qu’elle fait ressortir particulièrement les couleurs et masque facilement les imperfections. Cependant, la finition mate est plus fragile. La finition brillante, quant à elle, est la plus résistante. Elle est spécialement conçue pour les petites pièces ou les pièces particulièrement sombres. En fait, sa brillance reflète facilement la lumière et donne un effet d’agrandissement. Cependant, ce type de finition est difficile à appliquer et ne cache pas autant les imperfections. Pour terminer, la finition satinée : offre un aspect soyeux et est très résistante. Elle reflète bien la lumière et son entretien est plutôt facile. C’est un bon compromis entre la finition mate et la finition brillante.

Quelle couleur de peinture choisir ?

Si la finition de la peinture détermine le look final de votre pièce, la couleur n’en est pas moins. Bien évidemment, la notion de couleur est subjective et varie selon les goûts et les tendances. Néanmoins, il y a certaines couleurs idéales pour certains types de pièces. Pour les petites pièces, par exemple, choisissez des couleurs claires qui permettent de l’agrandir. Vous pouvez également créer un effet de perspective en peignant un des murs d’une couleur plus claire que les autres, par exemple. Choisissez également vos couleurs en fonction de l’orientation de la pièce. Si celle-ci est exposée au nord, optez pour des tons clairs et chauds comme le orange. Si elle est orientée vers le sud, apportez une touche de fraîcheur en optant pour des couleurs comme le bleu.

portail maison

Choisir le portail adapté à votre entrée

Coulissant, battant, incurvé ou de forme droite, le rôle du portail est avant tout de sécuriser votre entrée. Cependant, il permet de donner une esthétique à votre logement également. D’ailleurs, on dit qu’un bon portail doit répondre à trois exigences particulières. D’abord, il doit assurer pleinement la protection de la maison, car c’est la première barrière de celle-ci. Ensuite, le portail doit être pratique pour que sa présence ne gêne pas. Le dernier critère est d’ordre d’esthétique, il faut qu’il s’adapte esthétiquement à votre entrée. Alors, veillez bien le choisir.

Les dimensions et les matériaux de votre portail

Les dimensions et les matériaux du portail assurent le côté sécuritaire de la maison. La dimension standard est de 1,5 à 3 mètres de hauteur et 3 à 4 mètres de largeur. Cette dimension maximisera la sécurité. En effet, un portail à grande hauteur limitera le risque d’effractions. Sachez également qu’un portail ajouré résiste mieux qu’un portail plein. Pour ce qui est des matériaux, il en existe 3 pour fabriquer un portail. Il y a le portail en PVC qui est plus économique et souple que les autres. On peut retrouver de grandes variétés de forme et de couleurs pour ce modèle. Vous pouvez également choisir le portail en aluminium. Il est aussi léger qu’un portail en PVC et aussi solide qu’un portail en fer. Il est recyclable et facile à entretenir. Enfin, vous pouvez également opter pour le portail en bois. C’est un modèle très apprécié pour son aspect chaleureux, traditionnel et majestueux en même temps. Le portail en bois est aussi massif et protecteur. Vous serez donc assuré au niveau de la protection de la maison. De plus, le bois à une très longue durée de vie. Vous ne risquez donc pas de changer votre portail d’ici une décennie.

Les différents types d’ouverture

Il existe en général deux types d’ouverture de portail : le portail à ouverture battante et le portail à ouverture coulissante. Ces types d’ouverture permettent de déterminer le côté esthétique et pratique d’un portail. Le modèle battant est l’ouverture la plus classique. Il est moins pratique, car les deux vantaux s’ouvrent soit vers l’intérieur soit vers l’extérieur de votre cour. Donc à un moment donné, quand vous serez obligé de sortir, il gênera quelque peu la circulation d’une manière ou d’une autre. Elles ne sont, en conséquence pas très pratique si votre logement donne directement sur la rue. Les portails battants sont ainsi plus utiles si vous disposez d’un grand jardin et d’un espace de dégagement suffisant. Les portails à ouverture coulissante, quant à eux, glissent sur un rail latéral. Si vous disposez d’un espace limité dans votre jardin et à l’extérieur, ce type d’ouverture est l’idéal. Il permet un gain de place et sera plus avantageux sur le côté pratique. Pour ce qui est de l’esthétique, c’est un choix personnel de chacun. Et si vous voulez plus de praticité et de modernité, vous pouvez opter pour une motorisation et une installation domotique sur les portes. Ces options vous faciliteront la vie, mais offriront également plus de sécurité à votre domicile.